Foule Mouvement

Ville fourmilière, Paris.
La capitale en ses entrailles
véhicule ses petits soldats au travail.
Un à un des milliers tous les jours vont bosser.
Parfois, une tête s’arrête, émergeant de la foule,
Sortant du flou de la vie, un être se fige
Sur la pellicule…
Ambiance souterraine
Là où je me traîne
Pour observer cette vie cent vies,
Ces âmes ailleurs.
Chacun pense à son avenir, à son passé,
À son présent ?
Alors fuyant vers la lumière
Tels des éphémères
Ils courent, trottinent,
Sautent, tombent,
Se font mal parfois.
Les lumières colorées ambiancent
Ces scènes déshumanisées.
Un coup bleutée,
Un coup orangée.
Le flot s’arrête, attend,
Repart au gré des rames,
Des tunnels, des escalators.
Tous cheminent côté à côte,
Se frôlent, s’ignorent,
Peau contre peau,
Corps contre corps.
Leur présence n’est plus que traîné, filé,
Furtivité…

Partager